Dans la baie de Riantec, les praires, les palourdes et les coques furent longtemps un revenu important pour les ménages, et dans cette région, on parle encore des maisons des "culs-salés". Cette locution pour le moins surprenante est due au fait que la plupart des maisons furent payées par le produit de la récolte des coques, récolte essentiellement assurée par les femmes, qui accroupies, remplissaient leurs paniers du précieux coquillage au moment où la mer était basse, d'où l'expression.